"Le solliciteur inconnu" de Gilles Costaz

Neuf

C'est une comédie bouffe, une blague truffée d’ invraisemblances, un dialogue faussement vrai. Tout est imaginaire, sauf deux choses. Un : Corneille a connu une brève mais pénible traversée du purgatoire. Deux : son frère Thomas a véritablement récolté le plus grand enthousiasme de son époque pour une tragédie dont la notoriété a ensuite coulé à pic, "Timocrate".

Plus de détails

12,00 € TTC

En savoir plus

"Le Solliciteur inconnu" de Gilles Costaz

On fait attendre Pierre Corneille ! Mme Pulchérie de Saint-Hélion qui gère le mécénat d’ un puissant aristocrate, n’ est pas pressée de le recevoir. Elle ne connaît que son frère – Thomas Corneille – dont la nouvelle pièce vient de remporter un immense succès. La responsable du mécénat vient cependant discuter avec “ce” Pierre, ne serait-ce que pour donner à cet écrivain tombé au bas de l’ échelle quelques leçons sur l’ art moderne et l’ art d’ écrire.
« Le Solliciteur inconnu » est une comédie bouffe, une blague truffée d’ invraisemblances, un dialogue faussement vrai sur les erreurs d’ hier qui pourraient être des erreurs d’ aujourd’ hui. Tout est imaginaire, sauf deux choses. Un : Corneille a connu une brève mais pénible traversée du purgatoire. Deux : son frère Thomas a véritablement récolté le plus grand enthousiasme de son époque pour une tragédie dont la notoriété a ensuite coulé à pic, "Timocrate".


Gilles Costaz vit et travaille à Paris où il est critique théâtral. Il est l’ auteur de plusieurs pièces dont “Le Keurps”, “À jouer sur la lune” (édit. du Laquet/Tertium éditions).

 

64 pages - format 13,5 x 21 cm

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

"Le solliciteur inconnu" de Gilles Costaz

"Le solliciteur inconnu" de Gilles Costaz

C'est une comédie bouffe, une blague truffée d’ invraisemblances, un dialogue faussement vrai. Tout est imaginaire, sauf deux choses. Un : Corneille a connu une brève mais pénible traversée du purgatoire. Deux : son frère Thomas a véritablement récolté le plus grand enthousiasme de son époque pour une tragédie dont la notoriété a ensuite coulé à pic, "Timocrate".